logo_DIM_okILEdeFrance_2019_150.jpg

Appel à projet 2021-1

Équipement au fil de l'eau

okonomi_equip_5.v2_lores.png

Manifestations d'intention > L2PAF

Projet : Laboratoire de Préparation des Prélèvements Archéomagnétiques Fragiles (L2PAF)

Porteurs

Ce projet regroupe les acteurs de l’archéomagnétisme en Ile-de-France. Il est porté par Gwenaël Hervé (Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, LSCE), en partenariat avec Yves Gallet (Institut de Physique du Globe de Paris, IPGP) et Agnès Genevey (Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale, LAMS).

Besoin

La datation archéomagnétique connaît un développement international important depuis une dizaine d’années grâce à la construction de nouveaux référentiels de variation séculaire de la direction et de l’intensité du champ géomagnétique. Cet outil chronométrique s’attache à un large éventail de terres cuites (fours, foyers, poteries, terres cuites architecturales...). En datant la dernière chauffe des structures de combustion, l’archéomagnétisme vient préciser la chronologie des habitats et des occupations artisanales.
Le projet concerne en premier lieu la préparation au laboratoire des prélèvements archéomagnétiques sur des structures de combustion découvertes en place. Afin de retrouver à la fois la direction et l’intensité du champ géomagnétique environnant au moment de leur dernière chauffe, les fours et les foyers sont prélevés in situ avec en moyenne 10-15 blocs orientés d’environ 1 dm3. Au laboratoire du LSCE, la mesure de l’aimantation rémanente avec un magnétomètre cryogénique (2G) est possible sur des échantillons cubiques de 2 cm de côté. Pour la préparation de ces spécimens standard, nous souhaitons acquérir une scie circulaire électrique sur table avec un disque diamanté continu de 30 cm de diamètre. Les prélèvements fragiles, provenant par exemple des structures pré-et protohistoriques, requièrent une consolidation préalable par imprégnation sous vide dans une solution de silicate de sodium. L’acquisition de dessiccateurs et d’une pompe à vide à membrane est nécessaire pour mener à bien cette étape, qui intéresse tous les participants au projet.
Ce projet s’inscrit dans la perspective du développement de la datation archéomagnétique au LSCE, à la suite du recrutement du porteur du projet en décembre 2020, en complément de cette même activité menée conjointement à l’IPGP et au LAMS. En plus du matériel de préparation des échantillons, la demande de financement inclut une meuleuse de terrain pour le prélèvement des structures, des porte-échantillons en quartz pour la mesure des céramiques et enfin des rayonnages pour créer un archivage pérenne des sites étudiés.

Accès

L’équipement sera localisé au LSCE sur le site de l’Orme des Merisiers. Le banc d’induration et la scie seront utilisés au retour de chaque mission d’échantillonnage par le porteur du projet et de manière plus ponctuelle par les partenaires de l’IPGP et du LAMS. Lorsque ces équipements seront disponibles, ils pourront être utilisés par d’autres membres du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux potentiellement intéressés.

Personnes connectées : 1